covid-19 | Update on INSEAD Alumni Activities

ChĂšre Alumna, Cher Alumnus,

Nous espérons que vous allez tous bien.

Alors que nous nous organisons pour faire face aux impacts du covid-19, nous avons été grandement inspirés par la richesse du soutien de la communauté INSEAD.

Que vous cherchiez Ă  vous informer, Ă  aider, Ă  rester connecter avec la communautĂ©, trouver l’évĂ©nement en ligne que vous cherchez, l’Association a crĂ©Ă© trois volets en rĂ©ponse au covid-19.

STAY INFORMED

  • Le ComitĂ© Executif de l’INSEAD a crĂ©Ă© un groupe de travail. Leurs rencontres rĂ©guliĂšres permettent de monitorer la situation et d’engager les actions nĂ©cessaires avec comme prioritĂ© la santĂ© et la sĂ©curitĂ©. Notre Association est en contact rĂ©gulier avec notre Ă©cole.
  • L’INSEAD offre une sĂ©rie de webinars: “Navigating the Turbulence of COVID-19” pour une meilleure comprĂ©hension des problĂ©matiques clĂ©s de la crise que nous traversons.
  • Retrouvez les derniers articles de la facultĂ© sur INSEAD Knowledge – le portail des experts de l’INSEAD.
  • L’Association vous informera toutes les deux semaines par email mais vous pouvez Ă©galement retrouver toutes nos actualitĂ©s sur notre site internet : inseadalumni.fr.
  • Un groupe de rĂ©flexion sur « l’aprĂšs corona virus » a Ă©tĂ© lancĂ© Ă  l’Association. Si vous souhaitez contribuer, merci de nous envoyer un email.

STAY CONNECTED

  • Nos Ă©vĂ©nements sont dĂ©sormais tous en ligne. Une vingtaine de confĂ©rences/ ateliers est prĂ©vue sur avril et mai. Retrouvez la liste ici : http://inseadaaf.eventbrite.com/.
  • De nouveaux Ă©vĂ©nements, ateliers et vidĂ©os sont en prĂ©paration. Merci Ă  tous nos responsables de club, nos intervenants carriĂšre et notre groupe de travail Business & Society.
  • Les initiatives locales des Alumni rĂ©gions s’accĂ©lĂšrent et nous accueillons de plus en plus d’Alumni sur nos Ă©vĂ©nements en remote. Plus d’informations sur les rĂ©gions.
  • Les Ă©quipes de l’Association restent Ă  votre disposition du lundi au vendredi de 9h30 Ă  18h00 au 01 42 12 09 01 ou contact@inseadalumni.fr.
  • Pensez Ă  rejoindre nos groupes sur les rĂ©seaux sociaux : Facebook et Linkedin.

STAND TOGETHER

  • La SolidaritĂ© est au coeur de nos prĂ©occupations. Que vous soyez entrepreneur, manager, et en recherche de conseils carriĂšre, nos permanences CarriĂšre et Entrepreneurs sont Ă  votre disposition. Contactez Giuliana.
  • Nous avons observĂ© beaucoup d’initiatives parmi vous. N’hĂ©sitez pas Ă  les partager avec nous : contact@inseadalumni.fr.
  • Un programme de mentoring Alumni est en cours. Si vous souhaitez le rejoindre, prenez contact avec Giuliana.
  • Si vous souhaitez soutenir l’association, la cotisation 2020 reste accessible et nous en avons besoin pour prĂ©parer le futur : https://my.insead.edu/membership/.

Et de la part de toute l’équipe INSEAD Alumni Association France, nous vous envoyons toute notre affection

STAY SAFE!

Dear Alumna, Dear Alumnus,

We hope this email finds you healthy.

While we are all adapting our life to face the covid-19 crisis impacts, we have been inspired by the outstanding support coming from the INSEAD Alumni community.

Whether you want to be informed, stay connected to your fellow Alumni, find the event you want to join, we have created a threefold response to the covid-19 crisis: 

STAY INFORMED

  • The INSEAD Executive Committee has established a cross-departmental working group that meets regularly, monitors the situation and takes action with health and safety as a top priority. The Association is in regular contact with the School.
  • Join the INSEAD webinar series “Navigating the Turbulence of COVID-19” for a deeper understanding of key issues surrounding pandemic control and current countermeasures around the world.
  • Find all the Insights from the INSEAD Faculty on INSEAD Knowledge – the expert opinion and management insights portal of INSEAD.
  • The Association will update you every 2 weeks by email but you can also find all of the information regarding our response to covid-19 here on our website: inseadalumni.fr.
  • An “after covid-19” think tank has been created by a group of Alumni at the association. We welcome everyone to join the discussion for a more sustainable and secure future. >> learn more

STAY CONNECTED

  • Our remote events are on track via ZOOM. More the 20 events to come. Find the entire list here http://inseadaaf.eventbrite.com/.
  • We are still working on new remote events, workshops and videos with our Club and Career leaders as well as with our Business & Society Center of Expertise. Thank you all.
  • More and more local events are created while a lot of Alumni in our regions join our remote events. More details of our regions activities.
  • The Association remains available from Monday to Friday (9:30 – 18:00). Phone: +33142120901 email: contact@inseadalumni.fr.
  • You can engage the conversation on our Social Media private Groups: Facebook and Linkedin.

STAND TOGETHER

  • Solidarity is another top priority for us. You can book a remote one to one session with one of our coach or expert whether you are an entrepreneur, a manager and looking for career advice. Please contact Giuliana.
  • We saw a lot of initiatives from your side, please reach out to us if you want to get involved with the association or if there is an initiative you want to share with the Alumni community: contact@inseadalumni.fr.
  • An INSEAD Alumni mentoring program is up and running. If you want to join the program, please reach out to Giuliana.

And from the whole INSEAD Alumni Association France team, we send you tons of love

STAY SAFE!

⚠ covid-19 | INSEAD Alumni activities

English Version below

ChĂšre Alumna, Cher Alumnus,

Dans le contexte de propagation du covid-19, nous avons Ă  cƓur de protĂ©ger la communautĂ© INSEAD, nos Ă©quipes et bĂ©nĂ©voles tout en maintenant notre niveau de services pour vous.

AprÚs discussion avec notre Executive Committee et pour permettre à notre communauté de maintenir le lien durant cette période, nous sommes heureux de pouvoir mettre en place le « remote » de nos activités.

Nous digitalisons la plupart de nos Ă©vĂ©nements. Nos activitĂ©s sont dĂ©jĂ  disponibles en ligne via Zoom. Cela vous permettra Ă  tous de continuer Ă  suivre nos confĂ©rences et ateliers oĂč que vous soyez avec votre mobile ou votre ordinateur.
Ces Ă©vĂ©nements en ligne seront entiĂšrement gratuits et accessibles avec un lien que nous vous enverrons par e-mail aprĂšs votre inscription. Le programme des Ă©vĂ©nements vous sera envoyĂ© par mail et le processus d’inscription via Eventbrite ne change pas. L’Association reste Ă©galement disponible pour des Ă©changes en one to one, nous vous ferons parvenir les modalitĂ©s d’inscription dans les jours qui viennent.

Nous communiquerons également tous les événements via nos pages officielles Facebook et LinkedIn.

Nous vous rappelons que deux groupes privĂ©s INSEAD Alumni Association France existent et rassemblent plus de 1000 Alumni. N’hĂ©sitez pas Ă  rejoindre ces groupes et Ă  engager la conversation, tous les Alumni peuvent y participer : Groupe Facebook | Groupe Linkedin

Comme vous l’imaginez, le bureau de l’INSEAD Alumni Association France est fermĂ©. Les rĂ©unions et la rĂ©servation de salle dans les locaux de l’association habituellement mis Ă  disposition de nos membres, suspendus.

Les Ă©quipes de l’INSEAD Alumni Association France restent nĂ©anmoins Ă  votre disposition par tĂ©lĂ©phone : 01 42 12 09 01 et/ ou par mail contact@inseadalumni.fr aux horaires habituels (9h00 – 18h00). Nous serons heureux de vous rĂ©pondre. N’hĂ©sitez pas Ă  dĂ©crocher votre tĂ©lĂ©phone, nous serons toujours contents de vous entendre.

Prenez soin de vous et de vos proches et restez chez vous !

Amitiés,
Thomas Bittner MBA’75
Président
INSEAD Alumni Association France


Dear Alumna, Dear Alumnus,

Due to the current covid-19 pandemic, we are committed to protect our community, our staff and our volunteers while staying in touch with each other.

Following a meeting with our Executive committee focused on keeping the connection between the alumni, we are happy to launch a new digital alumni association.

Most of our events will be held online, some of them are already available via Zoom. It will allow all of us to follow our conferences and workshops wherever you are with your laptop or your smartphone.
The online events are free of charge and we will give you access with a link sent by email right after you register.
The upcoming events will be sent by email and the registration process remains through Eventbrite. The IAAF team also remains available for one to one meetings. All of the details will be sent to you very soon.

We will also use our official social media pages to inform you: Facebook and LinkedIn.
Feel free to comment, share and send us private messages.

We also remind you that you can join our two IAAF private groups: Facebook Group | LinkedIn Group. We are already more than 1000 Alumni. All of you can participate and start a conversation.

The IAAF office is of course closed. Our team works from home and we are at your disposal from 9:00 to 18:00 from Monday to Friday, by phone +33 1 42 12 09 01 and/ or email contact@inseadalumni.fr
We will be glad to talk to you and answer your questions or just have a conversation with you.

Take good care of yourself and of your close ones.

Amitiés
Thomas Bittner MBA’75
President
INSEAD Alumni Association France

BUSINESS À IMPACT – COMMENT LE FINANCER ?

Par Sophie Boyer Chammard (MBA’97D)

Le 25 fĂ©vrier dernier, l’INSEAD Alumni Association France (IAAF) organisaient un dĂ©bat sur le thĂšme « Business Ă  impact : Comment le financer ?» en partenariat avec le Forum de l’Innovation Technologique et de la Transformation (FITT France). Cet Ă©vĂ©nement s’inscrivait dans le cadre des projets Business & Society de l’IAAF.

Les intervenants invités étaient :

  • Christian Lim, Founding Partner, Blue Oceans Partners
  • ClĂ©mence de Rothiacob, gĂ©rant du fonds Richelieu CityZen, Richelieu Gestion
  • Antoine Sire, Director of Company Engagement & Member of the Board, BNP Paribas
  • Prof. Hans H. Wahl, Director of the INSEAD Social Entrepreneurship Initiative, INSEAD

D’aprĂšs l’étude du GIIN (Global Impact Investing Network), l’impact investing reprĂ©sente Ă  ce jour 502 millions $. C’est encore peu, mais les efforts de chacun, dĂ©crits par nos intervenants, sont encourageants.

Les trois dĂ©fis de l’investissement Ă  impact : Ă©valuation, standardisation, passage Ă  l’échelle

Le Prof. Hans H. Wahl a ouvert les dĂ©bats en rappelant qu’il existe quatre types d’investissements :

  • L’investissement traditionnel,
  • L’investissement responsable, Ă©conomique, social et environnemental
  • L’investissement basĂ© sur des valeurs
  • L’impact investing, ou investissement dans des entreprises Ă  impact positif

Selon lui, l’investissement dans une entreprise à impact positif soulùve trois questions :

  • L’évaluation de l’investissement: Nous sommes performants dans la mesure oĂč nous pouvons mesurer cette performance, or il est difficile de mesurer la performance non financiĂšre ; comment Ă©valuer les sociĂ©tĂ©s en fonction de leur bĂ©nĂ©fice social et environnemental ?
  • La standardisation des indicateurs de performance : Comment savoir ce qu’est un « bon investissement », et avoir des unitĂ©s de mesure objectives et partagĂ©es par tous, comme les normes comptables sont un instrument de mesure des performances financiĂšres ?
  • Le passage Ă  l’échelle: comment les initiatives de certains, qui se multiplient, peuvent-elles devenir la norme pour tout le monde ? Si l’on constate une rĂ©elle prise de conscience quant au besoin de transition vers des activitĂ©s Ă  impact positif, cette transition est-elle assez rapide et gĂ©nĂ©ralisĂ©e ?

Les dix-sept objectifs de dĂ©veloppement durable (ODD) de l’Organisation des Nations Unies sont la rĂ©fĂ©rence commune pour tous les acteurs (gouvernements, entreprises, ONG, Fondations, citoyens, 
). Le Prof. Hans H. Wahl a rappelĂ© « (que) pour ce qui concerne l’investisseur, sa propre activitĂ©, comme celle des entreprises dans lesquelles il investit, se doit d’ĂȘtre pĂ©renne et rentable, Ă  la fois du point de vue Ă©conomique comme du point de vue social, sociĂ©tal et environnemental ».

Comment respecter cet objectif d’impact positif pour un financeur ?

Prof. Hans H. Wahl, Clémence de Rothiacob

ClĂ©mence de Rothiacob a expliquĂ© que Richelieu Gestion, qui investit dans les actions d’entreprises cotĂ©es, exclut les Ă©nergies fossiles et le tabac. « Nous favorisons aussi la transition en valorisant les efforts d’amĂ©lioration de l’entreprise pour amĂ©liorer son impact » a-t-elle prĂ©cisĂ©.

Christian Lim a prĂ©sentĂ© Blue Oceans Partners en disant « nous mobilisons les capitaux privĂ©s pour rĂ©gĂ©nĂ©rer la santĂ© des ocĂ©ans et atteindre l’ODD 14, en investissant notamment dans les innovations aidant Ă  rĂ©soudre les problĂšmes de la surpĂȘche et dla pollution par le plastique. Nous avons Ă  la fois un un objectif d’impact systĂ©mique et de retour sur investissement de marchĂ© compĂ©titif. Pour Ă©valuer l’impact des innovations, nous avons mis en place une gouvernance qui comporte un comitĂ© d’impact qui a un droit de vĂ©to sur les investissements et est composĂ© de spĂ©cialistes indĂ©pendants».

BNP Paribas, a indiquĂ© Antoine Sire, est engagĂ© dans une transformation et recherche dorĂ©navant l’impact dans toutes leurs activitĂ©s, notamment sur les sujets de transition climatique, biodiversitĂ©, montĂ©e des inĂ©galitĂ©s et rĂ©Ă©quilibres territoriaux. D’aprĂšs lui « Cela demande un modĂšle diffĂ©rent intĂ©grant des indicateurs diffĂ©rents. C’est une transformation qu’aucune entreprise ne peut faire seule ». Avec pour boussole, les 17 Objectifs de DĂ©veloppement Durable, BNP Paribas a construit une mĂ©thodologie avec Vigeo Eiris et a engagĂ© ses cadres dirigeants dans un programme de formations de grande ampleur.

En termes de mesure de performance, BNP Paribas s’est fixĂ© des objectifs de transformation en fonction des ODD :

  • Les objectifs de financement des Ă©nergies renouvelables, par exemple, ont Ă©tĂ© dĂ©passĂ©s (1er EuropĂ©en et 3Ăšme mondial).
  • BNP Paribas veut ĂȘtre une grande banque de l’économie sociale et solidaire. Elle a crĂ©Ă© des processus de risque spĂ©cifiques, formĂ© des spĂ©cialistes de l’ESS (l’ESS reprĂ©sente 10% du PIB français). LĂ  encore les objectifs fixĂ©s ont Ă©tĂ© dĂ©passĂ©s.
  • Une logique d’exclusion sur certains secteurs, soit immĂ©diatement (fracturation hydraulique, schiste, Ă©nergies issues de sables bitumineux), soit en accompagnant la transition et les programmes de dĂ©veloppement alternatifs. BNP Paribas sort progressivement des sociĂ©tĂ©s d’énergies qui dĂ©veloppement des capacitĂ©s additionnelles au charbon.

NĂ©anmoins Antoine Sire rappelle « (que) ceci reste empirique : Comment crĂ©er des Ă©chelles plus larges pour s’aligner avec les objectifs de Paris ? Toute transformation (toute rĂ©volution, puisqu’on parle des dĂ©fis inhabituels sur la survie de la planĂšte et la capacitĂ© de notre monde Ă  ĂȘtre tolĂ©rable) induit ses propres indicateurs ; quels sont les indicateurs que l’on va inventer pour accompagner cette transition ? ».

Standardisation des indicateurs de performance

Dans son exposé, le Prof. Hans H. Wahl a indiqué que des indicateurs de mesure ont été développés pour certains secteurs. Plus globalement, deux grands systÚmes semblent se développer :

  • Le systĂšme europĂ©en, avec une approche plus structurĂ©e et rĂ©glementaire
  • Le systĂšme amĂ©ricain, comme le systĂšme prĂ©sentĂ© au ChangeNOW Summit Ă  Paris en janvier : Global Impact Investing Network (GIIN).

« Il y a beaucoup d’initiatives proposant des normes/standards. La communautĂ© des investisseurs joue un rĂŽle important pour la prise en compte de l’impact dans les critĂšres d’investissements. Citons l’exemple de BlackRock dont le CEO Larry Fink a dĂ©clarĂ©: « Profits with a purpose are vital for survivability and profitability » et dont les propos annoncent une rĂ©elle tendance de marché » a-t-il prĂ©cisĂ©.

Pour Christian Lim, l’évaluation purement quantitative est difficile : « Il y a des Ă©lĂ©ments que l’on peut mesurer de façon quantitative, comme l’émission de gaz Ă  effet de serre. Mais beaucoup d’élĂ©ments sont qualitatifs et plus difficiles Ă  Ă©valuer ou standardiser, comme l’impact sur la biodiversitĂ©. En plus, il faut consolider les impacts positifs et nĂ©gatifs et analyser le rĂ©sultat global du projet, tout au long de la chaĂźne de valeur ».

À ce propos, ClĂ©mence de Rothiacob fait un parallĂšle avec les agences notations de crĂ©dit, pour lesquels il y a des indicateurs standardisĂ©s et des agences indĂ©pendantes de notation (S&P et Moodies). « Pour l’ISR, on peut se faire aider pour la collecte des donnĂ©es mais l’analyse des donnĂ©es reste complexe. La seule base commune et prĂ©cieuse est le cahier des charges dĂ©fini dans les Objectifs de DĂ©veloppement Durable ».  Pour avoir le label ISR, il faut expliquer comment on mesure l’impact et le rĂ©sultat, mais il reste un flou important pour les fonds qui n’ont pas de label. MĂȘme si l’AMF (AutoritĂ© des MarchĂ©s Financiers) encadre davantage, il n’y a pas de standards aujourd’hui.

CĂŽtĂ© critĂšres, de plus en plus d’entreprises montrent l’impact positif qu’elles peuvent gĂ©nĂ©rer. Elles ont besoin de communiquer sur l’impact positif pour obtenir des financements. Ainsi Danone a publiĂ© ses 169 cibles qui prennent en compte les trois aspects du dĂ©veloppement durable et s’articulent autour des 17 objectifs de dĂ©veloppement durable.

Antoine Sire fait nĂ©anmoins remarquer « (qu’) il y a deux sortes d’entreprises : les entreprises « trĂšs green » dont le cƓur de l’activitĂ© est Ă  impact positif et les entreprises trĂšs « brown » (ex : charbon) ». Entre les deux il y a une multitude d’entreprises dont il faut accompagner la transition.

Parmi les initiatives de BNP Paribas, citons l’émission de « sustainability linked loans », dont le prĂȘt est liĂ© Ă  l’atteinte par les entreprises d’un certain nombre d’ODD. Elle a ainsi prĂȘtĂ© Ă  Solvay, chimiste qui s’est engagĂ© Ă  rĂ©duire l’ensemble de ses Ă©missions de gaz Ă  effet de serre. A son sens, ce qu’il faut mesurer ce sont les efforts vers une transition et l’évolution. Il faut rendre traçable tout ce que l’entreprise fait, quelle que soit l’entreprise, tout comme les normes comptables IFRS rendent traçables les rĂ©sultats financiers, quelle que soit l’entreprise. Il faut tout documenter et trouver un mĂ©lange de bons critĂšres qui permettent apprĂ©cier l’impact total de l’entreprise et sa contribution aux accords de Paris. Par exemple, la mĂ©thodologie PACTA (Paris Agreement Capital Transition Assessment) permet d’évaluer l’efficacitĂ© Ă©nergĂ©tique, mais il faut aussi prendre en compte l’impact social des Ă©volutions.

Ainsi BNP Paribas met en place de nouveaux instruments rĂ©pondant Ă  des logiques nouvelles : par exemple le « contrat Ă  impact social » : La collectivitĂ© indemnise un sujet d’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral, comme le chĂŽmage. Dans ce dispositif, une association – en l’occurrence l’Adie, apporte de l’aide aux chĂŽmeurs pour crĂ©er leur emploi, et contribue Ă  la baisse de l’indemnisation chĂŽmage. L’investisseur, aide l’Adie Ă  augmenter son impact. La collectivitĂ© rembourse l’investisseur si l’action de l’association est efficace. Le remboursement du prĂȘt est indexĂ© sur la performance sociale. Reste la question du passage Ă  grande Ă©chelle de ce type d’actions.

Antoine Sire est pragmatique : « Il faut crĂ©er un outil de mesure et voir si on peut gĂ©nĂ©raliser ces actions. En l’espĂšce, on fait dĂ©coller l’avion avant d’avoir fini de le construire  ».

Passage Ă  grande Ă©chelle

Selon le Prof. Hans H. Wahl, « la question du rĂŽle du secteur public pour accĂ©lĂ©rer la transition est posĂ©e. La mise en place des Objectifs de DĂ©veloppement Durable par les Nations Unies est une Ă©tape importante et trĂšs utile. Une vraie dynamique est maintenant en place. Du cĂŽtĂ© des entreprises aussi ». Mais il rappelle que l’essentiel est une collaboration entre les pouvoirs publics et les entreprises. On trouve des exemples de collaboration efficace Ă  Singapour, au Canada, en France, et en Allemagne. Des initiatives pour mesurer l’impact commencent Ă  voir le jour et devront permettre mesure et passage Ă  l’échelle.

L’INSEAD Social Entrepreneurship Programme (ISEP) travaille sur de nombreux projet, dont l’un qui a rassemblĂ© un Ă©cosystĂšme de parties prenantes (stakeholders) en impliquant une startup innovante, des acadĂ©miques, une grande entreprise pour permettre le passage Ă  l’échelle, le gouvernement pour donner un cadre de rĂ©glementation, et des consommateurs. L’ISEP organise aussi le « Tommy Hilfiger Social Innovation Challenge » qui a pour objectif de rechercher des amĂ©liorations environnementales dans la chaine de valeur, mais aussi des amĂ©liorations sociales, comme par exemple, sur les vies des individus producteurs tout en bas de la chaine de valeur mais « le projet doit aussi apporter des revenus financiers pour ĂȘtre viable ».

Christian Lim, Antoine Sire

Pour Blue Oceans Partners, les fondamentaux sont lĂ  pour que la plateforme d’investissement de Blue Oceans Partners se dĂ©veloppe Ă  grande Ă©chelle. Ceci inclue entre autre une abondance de pipeline de qualitĂ©, et une demande massive des grandes entreprises pour les innovations qu’elles apportent. Le dĂ©fi pour Christian Lim est celui auquel font face les first time funds.

Le systĂšme veut des stratĂ©gies d’investissement dĂ©jĂ  dĂ©montrĂ©es avant d’investir, or nous avons besoin de nouvelles stratĂ©gies pour rĂ©pondre aux nouveaux dĂ©fis de notre monde, et naturellement elles n’ont pas le track record exigĂ©. Selon lui, nous n’avons pas le temps d’attendre que les standards se mettent en place pour rĂ©aliser la transition Ă©cologique. Ce changement rapide implique qu’on travaille dans l’innovation, avec de nouvelles stratĂ©gies Ă  mettre en place immĂ©diatement. « Les parcours pour les nouveaux fonds devraient ĂȘtre plus faciles ! ».

« L’objectif du fonds Richelieu CityZen est de donner accĂšs au plus grand nombre Ă  des produits Ă  impact. Comme les FCPR, ces produits restent plus risquĂ©s car ce sont des placements Ă  plus long terme, qui s’adressent donc Ă  des investisseurs avertis » a indiquĂ© ClĂ©mence de Rothiacob. Selon elle l’impact investing reste confidentiel et prendra du temps Ă  se gĂ©nĂ©raliser, mais a vocation Ă  se dĂ©mocratiser. La rĂ©volution a commencĂ© et vient des investisseurs qui sont en demande. Les entreprises se mettent au pas. L’enjeu est une meilleure valorisation en bourse de l’entreprise Ă  impact, qui nĂ©cessite de lui donner les moyens de dĂ©velopper l’entreprise et l’impact. Les sociĂ©tĂ©s de private equity ont un rĂŽle Ă  jouer, et montreront l’exemple aux sociĂ©tĂ© cotĂ©es. Chaque Ă©chelon est important pour dĂ©velopper cet effet d’échelle.

Antoine Sire donne trois exemples de sujets oĂč il faut changer de logiciel pour passer Ă  l’échelle :

  • Penser Ă  l’épargne: Les Ă©pargnants sont aussi en demande que leur Ă©pargne soit investie dans des projets Ă  impact. La Banque PrivĂ©e de BNP Paribas propose une offre « MyImpact » pour l’investisseur responsable. Elle interroge l’épargnant sur le type d’impact qu’il souhaite avoir en fonction des ODD. L’impact devient un Ă©lĂ©ment de choix fondamental de l’investissement (no risk no return – il faut pouvoir choisir le niveau de risque et d’impact). Le choix doit repos er sur des impacts rĂ©els avec une grille de critĂšres.
  • DĂ©velopper la coopĂ©ration entre les acteurs privĂ©s, publics, et les ONG et les autres parties prenantes. C’est ce qu’on appelle le financement mixte ou « blended finance», pour financer un problĂšme de bien public. Toutes les parties se mettent autour de la table. Par exemple le « tropical landscape facility » accordĂ© par BNP Paribas, pour financer une plantation de caoutchouc durable destinĂ© aux pneus Michelin, avec WWF et le gouvernement indonĂ©sien.
  • Prendre le problĂšme par tous les angles. BNP Paribas a lancĂ© ClimateSeed, une plateforme de compensation carbone, proposant une mĂ©thodologie pour aider les compagnies aĂ©riennes Ă  rĂ©duire de 5% leur utilisation de kĂ©rosĂšne. Le projet est sans but lucratif et avec l’appui du laurĂ©at du Prix Nobel de la Paix, le Professeur Muhammad Yunus.

Des objectifs d’impact ambitieux mais une rĂ©elle dynamique des acteurs Ă©conomiques

Dans sa conclusion, le Prof. Hans. Wahl a rappelĂ© que nous assistons Ă  un changement profond de la pensĂ©e Ă  court terme vers le long terme, tant dans la stratĂ©gie commerciale et les opĂ©rations que chez les investisseurs qui les financent. Cela a Ă©tĂ© menĂ© et est particuliĂšrement visible dans le comportement des fonds de pension et des particuliers fortunĂ©s et des « family offices » et se dĂ©place progressivement vers les grandes banques et les sociĂ©tĂ©s d’investissement.

L’apprentissage est un Ă©lĂ©ment clĂ© de la transition d’impact dont nous avons discutĂ© ici aujourd’hui. Cela est vrai pour les innovateurs et les entrepreneurs qui ont besoin d’un grand soutien pour rendre les solutions qu’ils gĂ©nĂšrent investissables et leurs start-ups investissables. Cependant, cela est Ă©galement vrai pour les investisseurs et les grandes entreprises qui ont un besoin urgent de crĂ©er de nouvelles approches en matiĂšre d’Ă©valuation et de risque qui dĂ©passent la perspective Ă©troite de maximiser le rendement financier.

Enfin, bien que nous accordions une grande attention aux grands marchĂ©s d’AmĂ©rique du Nord, d’Europe et de Chine, nous ne devons pas nĂ©gliger certains des changements profonds qui se produisent dans certains des marchĂ©s Ă©mergents Ă  croissance rapide d’Asie, d’Afrique et d’AmĂ©rique latine. Cela inclut

  • L’obligation dans plusieurs grands pays d’Asie d’allouer un pourcentage des revenus des entreprises Ă  l’impact social ;
  • L’interdiction des emballages en plastique dans de nombreux pays d’Afrique (et bientĂŽt, interdiction de tous les plastiques Ă  usage unique au Kenya) ;
  • La fourniture de soins de santĂ© et de logements sĂ»rs dans de nombreux pays d’AmĂ©rique latine et d’Afrique.

Le Prof. Hans H. Wahl a terminĂ© en disant « Bien que ceux-ci aient pu ĂȘtre considĂ©rĂ©s comme ambitieux il y a une dĂ©cennie ou deux, ce sont maintenant des efforts trĂšs significatifs qui sont rĂ©alisĂ©s afin que les entreprises soient vraiment une force pour le bien ».

 

BREAKING NEWS | THE INSEAD ALUMNI ANGELS HIT THE MILLION

The INSEAD Alumni Association France is happy and proud to share that our INSEAD Alumni Business Angels Club (INSEAD BAC) invested in 8 startups for 1,226€ Millions in 2019.

This Club has been created in 2012 by Guillaume Loth Demay. Since then our green or experimented Alumni Business Angels can enjoy the international scope of the startups, the business closeness that drives the investment decisions and the diversity of the INSEAD BA members.

The INSEAD BAC has organized 36 pitch sessions, has welcomed more than 180 startups and has invested in 40 startups in 7 years.

Entrepreneurship as diversity is part of the INSEAD DNA and forms one of the 5 INSEAD founding values: “We are willing to experiment and innovate; we are ready to take risks and manage the results of our actions”

We are proud to uphold the tradition of entrepreneurship within the INSEAD Alumni community in France through our INSEAD Alumni Business Angels Club France and the other activities of our Entrepreneurship Center of Excellence.

We would like to warmly thank Guillaume but also Jacques Baudier, Valérie Coscas and Patrick Giry-Deloison who run the club.

You will find below the list of the 8 startup the INSEAD Alumni Business Angels invested in in 2019:

Who’s Who December 2019

All INSEAD alumni on the move in France – October/ November/ December 2019
To be listed, email us at contact@inseadalumni.fr



Elina Kousourna, MBA INSEAD 08, a été promue directeur général de De Fursac (SMCP), à ce poste depuis le 19 novembre 2019, en remplacement de Edmond Cohen. Elle est sous la responsabilité directe de Daniel Lalonde, president & chief executive officer de SMCP.
Elina Kousourna, 35 ans, diplĂŽmĂ©e en marketing et communication – UniversitĂ© Paris-Dauphine (2005), a rĂ©alisĂ© le parcours suivant :
* 2018-2019 : SMCP, directeur stratégie et développement.
* 2017-2017 : Groupe SMCP, strategy & corporate communication director.
* 2015-2019 : SMCP, membre du comité exécutif.
* 2015-2017 : Groupe SMCP, business & retail performance manager.
* 2009-2015 : The Boston Consulting Group, principal au sein de l’Ă©quipe Consumer & Retail.
* 2004-2007 : L’OrĂ©al, product manager (en GrĂšce).



Patrick Baudry, MBA INSEAD 09,a Ă©tĂ© nommĂ© directeur des opĂ©rations de CapCar, Ă  ce poste depuis juillet 2019. Cette nomination intervient dans le cadre du changement d’identitĂ© de la sociĂ©tĂ© (nom et logo). En parallĂšle, l’entreprise prĂ©pare sa 2Ăšme levĂ©e de fonds auprĂšs de fonds d’investissement parisiens, qui servira Ă  accĂ©lĂ©rer le dĂ©veloppement national et Ă  recruter des profils techniques, dĂ©veloppeurs et marketeurs.
Patrick Baudry, MBA – INSEAD (2009), MEng quantitative finance – ECE (2005), a rĂ©alisĂ© le parcours suivant :
* 2012-2019 : Jumia, chief executive officer Algérie et cofondateur.



Pascal Prigent, MBA INSEAD 95, est promu directeur gĂ©nĂ©ral de Genfit, Ă  ce poste depuis septembre 2019. Membre du comitĂ© exĂ©cutif, il succĂšde Ă  Jean-François Mouney, qui conserve son poste de prĂ©sident du conseil d’administration.
Pascal Prigent, DESCAF – NEOMA (1989), a rĂ©alisĂ© le parcours suivant :
* 2018-2019 : Genfit, vice-président exécutif marketing et développement commercial, directeur du bureau de Paris.
* 2014-2017 : GlaxoSmithKline Group, vice president marketing, division Vaccins Etats-Unis.
* 2011-2014 : GlaxoSmithKline Group, vice president, general manager Romania.
* 2009-2011 : Eli Lilly Group, business unit director SNC & Cardio France.



Maxime Perrin, MBA INSEAD 05, a Ă©tĂ© nommĂ© managing director Telecom industry group monde de Natixis, Ă  ce poste depuis aoĂ»t 2019. Il est sous la responsabilitĂ© directe d’Anne-Christine Champion, responsable mondial de Real Assets au sein de la Banque de grande clientĂšle.
Maxime Perrin, Télécom ParisTech (1998), a réalisé le parcours suivant :
* 2018-2019 : ING Wholesale Banking France, directeur de l’activitĂ© M&A.
* 2015-2017 : BNP Paribas, TMT & Energy lead.
* 2007-2015 : BNP Paribas, director, Media & Telecom Investment Banking.
* 2006-2007 : Arma Partners, associate, Technology Investment Banking.
* 1998-2004 : Devoteam Management Consulting, project director.


Pascal Rialland, TIEMBA INSEAD 09Jan, est promu directeur gĂ©nĂ©ral de Balyo, Ă  compter de janvier 2020, en remplacement de Fabien Bardinet. Il est ainsi en charge de l’accĂ©lĂ©ration commerciale des solutions et de l’excellence opĂ©rationnelle. Sa nomination fait suite Ă  son implication dans la direction stratĂ©gique et opĂ©rationnelle depuis l’introduction en bourse de l’entreprise. 
Pascal Rialland, 44 ans, Tsinghua University (2009), master ingĂ©nierie industriel et alimentaire – INP Toulouse (1998), a rĂ©alisĂ© le parcours suivant :
* 2019-2019 : Balyo, directeur général délégué.
* 2017-2019 : Balyo, directeur général adjoint.
* 2015-2017 : Balyo, directeur marketing EMEA.
* 2013-2015 : EK Automation, regional manager France, Espagne et Benelux.
* 2011-2012 : HomeSun, director of operational transformation.
* 2009-2011 : PepsiCo France, program manager et consultant.
* 2009-2009 : Groupe Altran, directeur régional en Chine.


GrĂ©goire Baudry, MBA INSEAD 98, associĂ© au sein du bureau de Paris, est promu directeur du pĂŽle Distribution de Bain & Company France, Ă  ce poste depuis novembre 2019. Il est sous la responsabilitĂ© directe d’Ada Di Marzo, associĂ©, directeur gĂ©nĂ©ral du bureau de Paris. Il est ainsi en charge des problĂ©matiques Technologies, Data, Innovation pour le pĂŽle en Europe.
Grégoire Baudry, 49 ans, Mines ParisTech (1990), a réalisé le parcours suivant :
* 2010-2019 : Bain & Company France, associé au sein du pÎle Distribution et Grande Consommation.
* 2008-2010 : Bain & Company, partner au sein du pĂŽle Consumer Goods & Retail North America.
* 2007-2008 : Bain & Company France, partner au sein du pĂŽle Distribution.
* 2005-2007 : Bain & Company France, senior manager.
* 2003-2005 : AT Kearney France, directeur.


BenoĂźt Trochet, YMP INSEAD 05, est nommĂ© directeur administratif et financier de C&A France, Ă  ce poste depuis septembre 2019. Il est sous la responsabilitĂ© directe de Damien Defforey, directeur gĂ©nĂ©ral. Il est ainsi en charge de plusieurs responsabilitĂ©s relatives Ă  la gestion (contrĂŽle de gestion, supervision comptable, gestion) et au management des fonctions supports tels que le service juridique, les systĂšmes d’information, la supply chain ou encore les approvisionnements. 
BenoĂźt Trochet, diplĂŽme de finance – ISG (2000), a rĂ©alisĂ© le parcours suivant :
* 2018-2019 : Hanesbrands, directeur financial planning & analysis Europe.
* 2016-2018 : Hanesbrands, directeur financier Europe Ouest et EMEA.
* 2014-2016 : Hanesbrands, directeur du contrĂŽle de gestion pour la rĂ©gion Europe de l’Ouest de Dim.
* 2012-2014 : Hanesbrands, contrĂŽleur financier de Dim.
* 2009-2012 : Hanesbrands, responsable du contrĂŽle de gestion en France de Dim.


Blaise Vignon, MBA INSEAD 06, a Ă©tĂ© nommĂ© head of product d’Oodrive, Ă  ce poste depuis juillet 2019. Il est sous la responsabilitĂ© conjointe des cofondateurs, Stanislas de RĂ©mur, chief executive officer et CĂ©dric Mermilliod, chief sales officer. Il est ainsi en charge de la bonne mise en application de stratĂ©gie de l’entreprise. Il doit fournir une plateforme capable de garantir Ă  ses clients la confidentialitĂ© des donnĂ©es sur 4 volets : la collaboration, la signature, l’identitĂ© et la sauvegarde. Il encadre une Ă©quipe de product managers en charge de la mise en place de la roadmap pour chacune des 4 gammes et des spĂ©cialistes UX, responsables des diffĂ©rentes applications.
Blaise Vignon, MS electrical engineering – UniversitĂ© de Stanford (2001), diplĂŽme d’ingĂ©nieur – Polytechnique (1997), a rĂ©alisĂ© le parcours suivant :
* 2017-2019 : Criteo, product management director.
* 2014-2016 : Criteo, product management lead.
* 2012-2014 : Microsoft France, business development manager Microsoft Azure.
* 2010-2012 : Microsoft France, emerging business lead.
* 2007-2010 : Microsoft France, product manager developer tools.


Nicolas-David Kersen, MBA INSEAD 04, est nommĂ© associĂ© M&A, responsable du secteur FIG au sein des activitĂ©s Deal Advisory de KPMG France, Ă  ce poste depuis octobre 2019. Il est ainsi chargĂ© de piloter l’ambition des activitĂ©s de M&A dans le secteur financier au sein du cabinet. Cette nouvelle Ă©quipe rĂ©pondra aux attentes grandissantes des clients, fonds d’investissement et institutions financiĂšres, d’une offre plus intĂ©grĂ©e et Ă©largie Ă  la fois en termes de services et sur un plan gĂ©ographique.
Nicolas-David Kersen, CentraleSupĂ©lec (diplĂŽme Ecole centrale Paris) (2000), MSc accounting and finance – London School of economics and political science (2000), a rĂ©alisĂ© le parcours suivant :
* 2004-2019 : Lazard FrÚres, associé gérant.



Julien Vincent, MBA INSEAD 10, a Ă©tĂ© promu associĂ© au sein de la practice Communication, Media & Telecom d’AT Kearney France, Ă  ce poste depuis juillet 2019. Il est notamment chargĂ© de dĂ©velopper une expertise plurielle sur les secteurs MĂ©dias et TĂ©lĂ©com (enjeux d’infrastructures type fibre, 5G, ou les objets connectĂ©s). Son scope axĂ© StratĂ©gie et Transformation Digitale l’amĂšne Ă©galement Ă  opĂ©rer rĂ©guliĂšrement sur les problĂ©matiques trĂšs actuelles de mobilitĂ© connectĂ©e (ville de demain, plateformes de mobilitĂ©, voiture autonome, etc.) en collaboration avec les Ă©quipes Transport, AĂ©rospatial, Energie du cabinet.
Julien Vincent, MS electronics & telecommunications – INSA Lyon (2000), a rĂ©alisĂ© le parcours suivant :
* 2010-2019 : AT Kearney France, associate to principal.
* 2006-2009 : Orange, manager strategic marketing.

 

2019 ACHIEVEMENTS

We launched our new strategy INSPIRE, GROW and CONNECT in 2011 during a time of uncertainty for our INSEAD Alumni Association France (IAAF). After 8 years of hard work, we are happy to announce that we managed to reverse the current trend of losing membership for the first time since 2011. We have this year 160 more Alumni who joined the members community.

We are also delighted to share with you our major achievements below.
For more details, download our 2019 annual report or see below the presentation

Our 2019 achievements:

 

📖 COUPLES THAT WORK 📖 by INSEAD professor Jennifer Petriglieri

New book by INSEAD Professor Jennifer Petriglieri explores the triumphs and tensions of dual-career coupledom 


In most developed countries, the dual-earner couple is rapidly becoming the new normal. Forty-six percent of American two-parent households are also dual-income, compared to 31 percent in 1970. In the UK, there are 1.4 million more mothers in the workforce than in 1996. Even in Japan, despite traditional gender roles, married women accounted for about half of total workforce expansion between 2012 and 2017.

However, most career advice is still targeted at sole breadwinners that doesn’t take into account the increasingly complex lives of dual career couples and their relationships. Jennifer Petriglieri, Associate Professor of Organisational Behaviour at INSEAD – and a member of a dual-career couple –launched herself into the research that eventually became the recently released book Couples That Work: How Dual-Career Couples Can Thrive in Love and Work (Penguin and Harvard Business Review Press, 2019).

The book innovatively adapts theories of individual psychological development to intra-couple dynamics, drawing upon extensive ethnographic research involving more than 100 couples. Petriglieri identifies three key life/career transitions common to all couples, which must be successfully negotiated if their partnership is to remain greater than the sum of its parts.

The first transition – from independence to interdependence — occurs when couples encounter their first life-changing event, which could be the arrival of their first child or a big career opportunity. The precipitating event forces them to grapple with the question, “How can we make this work?”

Handling the second transition – mid-life reinvention – requires reexamining past career and personal choices and being ready to take the brave and often painful step of adjusting their relationship to suit newly acquired self-knowledge. The pivotal question of this stage is, “What do we really want?”

The third transition, often brought on by upsetting events in the mature stages of life (such as the death of a parent or kids leaving home), demands that couples reframe perceived losses as opportunities to forge a new path forward together. They must tackle the question, “Who are we now?”

Couples That Work is divided into three parts – one for each transition. Each part covers the events that commonly trigger the pertinent transition, its particular pitfalls, and how couples can not only weather the storm but also emerge from the upheaval even stronger in their connection and careers. Included throughout are highly practical exercises and tools based on Petriglieri’s rigorous research and analysis.

For the book, she conducted exhaustive, semi-structured interviews with a strikingly diverse set of 113 couples. They range in age from 26 to 63, hail from 32 countries on four continents, and encompass both gay and straight identities. In 45 of the couples, neither partner had children. What links them all is both partners’ fierce devotion both to their career (as opposed to a job done mainly for money) and to each other.

Of her interview subjects, Petriglieri says: “Their psychological investment in, and commitment to their work sits alongside their commitment to their relationship. It is this combination of commitments that is the source of the dynamics this book focuses on. It can create tension, conflict and sacrifice, it can also create mutual growth, fulfilment and harmony.”

Who’s now Who – September 2019

All INSEAD alumni on the move in France in September 2019
To be listed, email us at contact@inseadalumni.fr


 

BenoĂźt Galland, MBA 91J, a Ă©tĂ© nommĂ© directeur gĂ©nĂ©ral de Rapidle, Ă  ce poste depuis avril 2019. Il est ainsi chargĂ© de poursuivre et d’accompagner les dĂ©veloppements de la startup face aux diffĂ©rentes transformations alimentaires et modes de consommation. 55 ans, diplĂŽme d’ingĂ©nieur – Centrale Paris (1987), a rĂ©alisĂ© le parcours suivant :
* 2008-2018 : Akuo Energy, codirecteur général.
* 2005-2008 : Dole Europe, président Europe.
* 2004-2005 : Dole Europe, directeur général Europe.
* 2002-2004 : Dole, directeur général France.
* 1998-2002 : Dole, directeur général Afrique du Sud.
* 1996-1998 : Provifruits, coprésident-directeur général.

Julien Renaud-Perret, MBA 98J, est nommĂ© directeur du dĂ©veloppement de Pierre & Vacances Center Parcs, Ă  ce poste depuis septembre 2019. Il est sous la responsabilitĂ© directe de Patricia Damerval, directeur gĂ©nĂ©ral adjoint Groupe. Il est ainsi chargĂ© d’apporter au groupe son expertise internationale dans l’immobilier touristique. A ce titre, il est membre du comitĂ© exĂ©cutif du groupe.
49 ans, ISG (1990), il a réalisé le parcours suivant :
* 2017-2019 : Paref, directeur du développement.
* 2017-2017 : Fosun Property Holdings, managing director Hospitality Europe.
* 2014-2016 : Aman Resorts, chief development & real estate officer.
* 2010-2014 : Orascom Development, directeur général du développement.
* 2006-2010 : Orascom Development, directeur du développement opérationnel.
* 2004-2006 : Club Méditerranée, directeur du développement et du patrimoine.

Jean-Jacques Lafon, MBA 17J, est nommĂ© directeur de la stratĂ©gie, des partenariats et du M&A de Solocal, Ă  ce poste depuis septembre 2019. Il est sous la responsabilitĂ© directe de Nathalie Etzenbach-Huguenin, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral. Il est ainsi chargĂ© d’identifier et d’opĂ©rationnaliser les nouveaux relais de croissance et de continuer Ă  dĂ©velopper des partenariats avec les acteurs clefs du digital dans le cadre de la stratĂ©gie « full Web ». Il sera Ă©galement amenĂ© Ă  travailler sur les grandes orientations stratĂ©giques de Solocal qui seront dĂ©ployĂ©es Ă  l’issue du projet Solocal 2020 sur la pĂ©riode 2021-2022, et qui seront annoncĂ©es dĂ©but 2020. Par ailleurs, il pilotera le processus d’internationalisation du groupe.
35 ans,  ESSEC Business School (2008), master production process – Centrale Lille (2007), a rĂ©alisĂ© le parcours suivant :
* 2017-2019 : Bloomon, directeur général France.
* 2014-2016 : HelloPay, country manager.
* 2013-2014 : Diptyc.ph, chief executive officer et fondateur.
* 2012-2013 : Rocket Internet, global venture development manager.
* 2008-2012 : Lazard FrĂšres, M&A associate.

Luc Poppe, EMBA 04Dec, est nommé managing director, responsable Groupe du secteur Consumer Good & Retail du Groupe CFI, à ce poste depuis juillet 2019.
57 ans, il a réalisé le parcours suivant :
* 2018-2019 : Sentosa Partners, managing partner.
* 2013-2017 : Johnson & Johnson Consumer, responsable développement des fusions et acquisitions.
* 2005-2013 : Johnson & Johnson Consumer, global business development director Skin Care.
* 2001-2003 : Unilever Home & Personal Care Europe, directeur du marketing Europe pour les détergents.
* 1999-2001 : Unilever Home & Personal Care Europe, business operations director Europe.
* 1996-1999 : Unilever Maghreb, directeur marketing et ventes.
* 1993-1995 : Unilever Czech & Slovak Republics, marketing manager home care.
* 1991-1993 : Unilever France, chef de produit.
* 1988-1991 : Unilever France, responsable grands comptes & trade marketing manager.

GLOBAL INSEAD DAY 2019

In the 2019/2020 academic year, INSEAD, the business school for the world and your Association are celebrating the 60th Anniversary of the INSEAD opening on 12 September 2019. Founded by Georges Doriot, Claude Janssen and Olivier Giscard d’Estaing. INSEAD brought business education using the case method to Europe. The school they established is to this day a diverse and entrepreneurial institution that promotes prosperity and peace around the world.

As a start of the celebration, the INSEAD Alumni Association France hosted a party on September 12 at le Bal de la Marine, a boat just under the Eiffel Tower. 200 alumni joined us. Thank you for being with us!

We were honored to welcome Olivier Giscard d’Estaing who shared with us the vision he had when creating INSEAD, Jean-Marie d’Arjuzon, Alain Demaiziùre and Guy Escudier, MBA 60 who shared with us their Experience back then. Ilian Mihov, our dean introduced the vision for INSEAD in the coming years.

We are looking forward to keep celebrating the 60th anniversary of INSEAD.