⚠️ covid-19 | INSEAD Alumni activities

English Version below

Chère Alumna, Cher Alumnus,

Dans le contexte de propagation du covid-19, nous avons à cœur de protéger la communauté INSEAD, nos équipes et bénévoles tout en maintenant notre niveau de services pour vous.

Après discussion avec notre Executive Committee et pour permettre à notre communauté de maintenir le lien durant cette période, nous sommes heureux de pouvoir mettre en place le « remote » de nos activités.

Nous digitalisons la plupart de nos événements. Nos activités sont déjà disponibles en ligne via Zoom. Cela vous permettra à tous de continuer à suivre nos conférences et ateliers où que vous soyez avec votre mobile ou votre ordinateur.
Ces événements en ligne seront entièrement gratuits et accessibles avec un lien que nous vous enverrons par e-mail après votre inscription. Le programme des événements vous sera envoyé par mail et le processus d’inscription via Eventbrite ne change pas. L’Association reste également disponible pour des échanges en one to one, nous vous ferons parvenir les modalités d’inscription dans les jours qui viennent.

Nous communiquerons également tous les événements via nos pages officielles Facebook et LinkedIn.

Nous vous rappelons que deux groupes privés INSEAD Alumni Association France existent et rassemblent plus de 1000 Alumni. N’hésitez pas à rejoindre ces groupes et à engager la conversation, tous les Alumni peuvent y participer : Groupe Facebook | Groupe Linkedin

Comme vous l’imaginez, le bureau de l’INSEAD Alumni Association France est fermé. Les réunions et la réservation de salle dans les locaux de l’association habituellement mis à disposition de nos membres, suspendus.

Les équipes de l’INSEAD Alumni Association France restent néanmoins à votre disposition par téléphone : 01 42 12 09 01 et/ ou par mail contact@inseadalumni.fr aux horaires habituels (9h00 – 18h00). Nous serons heureux de vous répondre. N’hésitez pas à décrocher votre téléphone, nous serons toujours contents de vous entendre.

Prenez soin de vous et de vos proches et restez chez vous !

Amitiés,
Thomas Bittner MBA’75
Président
INSEAD Alumni Association France


Dear Alumna, Dear Alumnus,

Due to the current covid-19 pandemic, we are committed to protect our community, our staff and our volunteers while staying in touch with each other.

Following a meeting with our Executive committee focused on keeping the connection between the alumni, we are happy to launch a new digital alumni association.

Most of our events will be held online, some of them are already available via Zoom. It will allow all of us to follow our conferences and workshops wherever you are with your laptop or your smartphone.
The online events are free of charge and we will give you access with a link sent by email right after you register.
The upcoming events will be sent by email and the registration process remains through Eventbrite. The IAAF team also remains available for one to one meetings. All of the details will be sent to you very soon.

We will also use our official social media pages to inform you: Facebook and LinkedIn.
Feel free to comment, share and send us private messages.

We also remind you that you can join our two IAAF private groups: Facebook Group | LinkedIn Group. We are already more than 1000 Alumni. All of you can participate and start a conversation.

The IAAF office is of course closed. Our team works from home and we are at your disposal from 9:00 to 18:00 from Monday to Friday, by phone +33 1 42 12 09 01 and/ or email contact@inseadalumni.fr
We will be glad to talk to you and answer your questions or just have a conversation with you.

Take good care of yourself and of your close ones.

Amitiés
Thomas Bittner MBA’75
President
INSEAD Alumni Association France

BUSINESS À IMPACT – COMMENT LE FINANCER ?

Par Sophie Boyer Chammard (MBA’97D)

Le 25 février dernier, l’INSEAD Alumni Association France (IAAF) organisaient un débat sur le thème « Business à impact : Comment le financer ?» en partenariat avec le Forum de l’Innovation Technologique et de la Transformation (FITT France). Cet événement s’inscrivait dans le cadre des projets Business & Society de l’IAAF.

Les intervenants invités étaient :

  • Christian Lim, Founding Partner, Blue Oceans Partners
  • ClĂ©mence de Rothiacob, gĂ©rant du fonds Richelieu CityZen, Richelieu Gestion
  • Antoine Sire, Director of Company Engagement & Member of the Board, BNP Paribas
  • Prof. Hans H. Wahl, Director of the INSEAD Social Entrepreneurship Initiative, INSEAD

D’après l’étude du GIIN (Global Impact Investing Network), l’impact investing représente à ce jour 502 millions $. C’est encore peu, mais les efforts de chacun, décrits par nos intervenants, sont encourageants.

Les trois défis de l’investissement à impact : évaluation, standardisation, passage à l’échelle

Le Prof. Hans H. Wahl a ouvert les débats en rappelant qu’il existe quatre types d’investissements :

  • L’investissement traditionnel,
  • L’investissement responsable, Ă©conomique, social et environnemental
  • L’investissement basĂ© sur des valeurs
  • L’impact investing, ou investissement dans des entreprises Ă  impact positif

Selon lui, l’investissement dans une entreprise à impact positif soulève trois questions :

  • L’évaluation de l’investissement: Nous sommes performants dans la mesure oĂą nous pouvons mesurer cette performance, or il est difficile de mesurer la performance non financière ; comment Ă©valuer les sociĂ©tĂ©s en fonction de leur bĂ©nĂ©fice social et environnemental ?
  • La standardisation des indicateurs de performance : Comment savoir ce qu’est un « bon investissement », et avoir des unitĂ©s de mesure objectives et partagĂ©es par tous, comme les normes comptables sont un instrument de mesure des performances financières ?
  • Le passage Ă  l’échelle: comment les initiatives de certains, qui se multiplient, peuvent-elles devenir la norme pour tout le monde ? Si l’on constate une rĂ©elle prise de conscience quant au besoin de transition vers des activitĂ©s Ă  impact positif, cette transition est-elle assez rapide et gĂ©nĂ©ralisĂ©e ?

Les dix-sept objectifs de développement durable (ODD) de l’Organisation des Nations Unies sont la référence commune pour tous les acteurs (gouvernements, entreprises, ONG, Fondations, citoyens, …). Le Prof. Hans H. Wahl a rappelé « (que) pour ce qui concerne l’investisseur, sa propre activité, comme celle des entreprises dans lesquelles il investit, se doit d’être pérenne et rentable, à la fois du point de vue économique comme du point de vue social, sociétal et environnemental ».

Comment respecter cet objectif d’impact positif pour un financeur ?

Prof. Hans H. Wahl, Clémence de Rothiacob

Clémence de Rothiacob a expliqué que Richelieu Gestion, qui investit dans les actions d’entreprises cotées, exclut les énergies fossiles et le tabac. « Nous favorisons aussi la transition en valorisant les efforts d’amélioration de l’entreprise pour améliorer son impact » a-t-elle précisé.

Christian Lim a présenté Blue Oceans Partners en disant « nous mobilisons les capitaux privés pour régénérer la santé des océans et atteindre l’ODD 14, en investissant notamment dans les innovations aidant à résoudre les problèmes de la surpêche et dla pollution par le plastique. Nous avons à la fois un un objectif d’impact systémique et de retour sur investissement de marché compétitif. Pour évaluer l’impact des innovations, nous avons mis en place une gouvernance qui comporte un comité d’impact qui a un droit de véto sur les investissements et est composé de spécialistes indépendants».

BNP Paribas, a indiqué Antoine Sire, est engagé dans une transformation et recherche dorénavant l’impact dans toutes leurs activités, notamment sur les sujets de transition climatique, biodiversité, montée des inégalités et rééquilibres territoriaux. D’après lui « Cela demande un modèle différent intégrant des indicateurs différents. C’est une transformation qu’aucune entreprise ne peut faire seule ». Avec pour boussole, les 17 Objectifs de Développement Durable, BNP Paribas a construit une méthodologie avec Vigeo Eiris et a engagé ses cadres dirigeants dans un programme de formations de grande ampleur.

En termes de mesure de performance, BNP Paribas s’est fixé des objectifs de transformation en fonction des ODD :

  • Les objectifs de financement des Ă©nergies renouvelables, par exemple, ont Ă©tĂ© dĂ©passĂ©s (1er EuropĂ©en et 3ème mondial).
  • BNP Paribas veut ĂŞtre une grande banque de l’économie sociale et solidaire. Elle a crĂ©Ă© des processus de risque spĂ©cifiques, formĂ© des spĂ©cialistes de l’ESS (l’ESS reprĂ©sente 10% du PIB français). LĂ  encore les objectifs fixĂ©s ont Ă©tĂ© dĂ©passĂ©s.
  • Une logique d’exclusion sur certains secteurs, soit immĂ©diatement (fracturation hydraulique, schiste, Ă©nergies issues de sables bitumineux), soit en accompagnant la transition et les programmes de dĂ©veloppement alternatifs. BNP Paribas sort progressivement des sociĂ©tĂ©s d’énergies qui dĂ©veloppement des capacitĂ©s additionnelles au charbon.

Néanmoins Antoine Sire rappelle « (que) ceci reste empirique : Comment créer des échelles plus larges pour s’aligner avec les objectifs de Paris ? Toute transformation (toute révolution, puisqu’on parle des défis inhabituels sur la survie de la planète et la capacité de notre monde à être tolérable) induit ses propres indicateurs ; quels sont les indicateurs que l’on va inventer pour accompagner cette transition ? ».

Standardisation des indicateurs de performance

Dans son exposé, le Prof. Hans H. Wahl a indiqué que des indicateurs de mesure ont été développés pour certains secteurs. Plus globalement, deux grands systèmes semblent se développer :

  • Le système europĂ©en, avec une approche plus structurĂ©e et rĂ©glementaire
  • Le système amĂ©ricain, comme le système prĂ©sentĂ© au ChangeNOW Summit Ă  Paris en janvier : Global Impact Investing Network (GIIN).

« Il y a beaucoup d’initiatives proposant des normes/standards. La communauté des investisseurs joue un rôle important pour la prise en compte de l’impact dans les critères d’investissements. Citons l’exemple de BlackRock dont le CEO Larry Fink a déclaré: « Profits with a purpose are vital for survivability and profitability » et dont les propos annoncent une réelle tendance de marché » a-t-il précisé.

Pour Christian Lim, l’évaluation purement quantitative est difficile : « Il y a des éléments que l’on peut mesurer de façon quantitative, comme l’émission de gaz à effet de serre. Mais beaucoup d’éléments sont qualitatifs et plus difficiles à évaluer ou standardiser, comme l’impact sur la biodiversité. En plus, il faut consolider les impacts positifs et négatifs et analyser le résultat global du projet, tout au long de la chaîne de valeur ».

À ce propos, Clémence de Rothiacob fait un parallèle avec les agences notations de crédit, pour lesquels il y a des indicateurs standardisés et des agences indépendantes de notation (S&P et Moodies). « Pour l’ISR, on peut se faire aider pour la collecte des données mais l’analyse des données reste complexe. La seule base commune et précieuse est le cahier des charges défini dans les Objectifs de Développement Durable ».  Pour avoir le label ISR, il faut expliquer comment on mesure l’impact et le résultat, mais il reste un flou important pour les fonds qui n’ont pas de label. Même si l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) encadre davantage, il n’y a pas de standards aujourd’hui.

Côté critères, de plus en plus d’entreprises montrent l’impact positif qu’elles peuvent générer. Elles ont besoin de communiquer sur l’impact positif pour obtenir des financements. Ainsi Danone a publié ses 169 cibles qui prennent en compte les trois aspects du développement durable et s’articulent autour des 17 objectifs de développement durable.

Antoine Sire fait néanmoins remarquer « (qu’) il y a deux sortes d’entreprises : les entreprises « très green » dont le cœur de l’activité est à impact positif et les entreprises très « brown » (ex : charbon) ». Entre les deux il y a une multitude d’entreprises dont il faut accompagner la transition.

Parmi les initiatives de BNP Paribas, citons l’émission de « sustainability linked loans », dont le prêt est lié à l’atteinte par les entreprises d’un certain nombre d’ODD. Elle a ainsi prêté à Solvay, chimiste qui s’est engagé à réduire l’ensemble de ses émissions de gaz à effet de serre. A son sens, ce qu’il faut mesurer ce sont les efforts vers une transition et l’évolution. Il faut rendre traçable tout ce que l’entreprise fait, quelle que soit l’entreprise, tout comme les normes comptables IFRS rendent traçables les résultats financiers, quelle que soit l’entreprise. Il faut tout documenter et trouver un mélange de bons critères qui permettent apprécier l’impact total de l’entreprise et sa contribution aux accords de Paris. Par exemple, la méthodologie PACTA (Paris Agreement Capital Transition Assessment) permet d’évaluer l’efficacité énergétique, mais il faut aussi prendre en compte l’impact social des évolutions.

Ainsi BNP Paribas met en place de nouveaux instruments répondant à des logiques nouvelles : par exemple le « contrat à impact social » : La collectivité indemnise un sujet d’intérêt général, comme le chômage. Dans ce dispositif, une association – en l’occurrence l’Adie, apporte de l’aide aux chômeurs pour créer leur emploi, et contribue à la baisse de l’indemnisation chômage. L’investisseur, aide l’Adie à augmenter son impact. La collectivité rembourse l’investisseur si l’action de l’association est efficace. Le remboursement du prêt est indexé sur la performance sociale. Reste la question du passage à grande échelle de ce type d’actions.

Antoine Sire est pragmatique : « Il faut créer un outil de mesure et voir si on peut généraliser ces actions. En l’espèce, on fait décoller l’avion avant d’avoir fini de le construire… ».

Passage Ă  grande Ă©chelle

Selon le Prof. Hans H. Wahl, « la question du rôle du secteur public pour accélérer la transition est posée. La mise en place des Objectifs de Développement Durable par les Nations Unies est une étape importante et très utile. Une vraie dynamique est maintenant en place. Du côté des entreprises aussi ». Mais il rappelle que l’essentiel est une collaboration entre les pouvoirs publics et les entreprises. On trouve des exemples de collaboration efficace à Singapour, au Canada, en France, et en Allemagne. Des initiatives pour mesurer l’impact commencent à voir le jour et devront permettre mesure et passage à l’échelle.

L’INSEAD Social Entrepreneurship Programme (ISEP) travaille sur de nombreux projet, dont l’un qui a rassemblé un écosystème de parties prenantes (stakeholders) en impliquant une startup innovante, des académiques, une grande entreprise pour permettre le passage à l’échelle, le gouvernement pour donner un cadre de réglementation, et des consommateurs. L’ISEP organise aussi le « Tommy Hilfiger Social Innovation Challenge » qui a pour objectif de rechercher des améliorations environnementales dans la chaine de valeur, mais aussi des améliorations sociales, comme par exemple, sur les vies des individus producteurs tout en bas de la chaine de valeur mais « le projet doit aussi apporter des revenus financiers pour être viable ».

Christian Lim, Antoine Sire

Pour Blue Oceans Partners, les fondamentaux sont là pour que la plateforme d’investissement de Blue Oceans Partners se développe à grande échelle. Ceci inclue entre autre une abondance de pipeline de qualité, et une demande massive des grandes entreprises pour les innovations qu’elles apportent. Le défi pour Christian Lim est celui auquel font face les first time funds.

Le système veut des stratégies d’investissement déjà démontrées avant d’investir, or nous avons besoin de nouvelles stratégies pour répondre aux nouveaux défis de notre monde, et naturellement elles n’ont pas le track record exigé. Selon lui, nous n’avons pas le temps d’attendre que les standards se mettent en place pour réaliser la transition écologique. Ce changement rapide implique qu’on travaille dans l’innovation, avec de nouvelles stratégies à mettre en place immédiatement. « Les parcours pour les nouveaux fonds devraient être plus faciles ! ».

« L’objectif du fonds Richelieu CityZen est de donner accès au plus grand nombre à des produits à impact. Comme les FCPR, ces produits restent plus risqués car ce sont des placements à plus long terme, qui s’adressent donc à des investisseurs avertis » a indiqué Clémence de Rothiacob. Selon elle l’impact investing reste confidentiel et prendra du temps à se généraliser, mais a vocation à se démocratiser. La révolution a commencé et vient des investisseurs qui sont en demande. Les entreprises se mettent au pas. L’enjeu est une meilleure valorisation en bourse de l’entreprise à impact, qui nécessite de lui donner les moyens de développer l’entreprise et l’impact. Les sociétés de private equity ont un rôle à jouer, et montreront l’exemple aux société cotées. Chaque échelon est important pour développer cet effet d’échelle.

Antoine Sire donne trois exemples de sujets où il faut changer de logiciel pour passer à l’échelle :

  • Penser Ă  l’épargne: Les Ă©pargnants sont aussi en demande que leur Ă©pargne soit investie dans des projets Ă  impact. La Banque PrivĂ©e de BNP Paribas propose une offre « MyImpact » pour l’investisseur responsable. Elle interroge l’épargnant sur le type d’impact qu’il souhaite avoir en fonction des ODD. L’impact devient un Ă©lĂ©ment de choix fondamental de l’investissement (no risk no return – il faut pouvoir choisir le niveau de risque et d’impact). Le choix doit repos er sur des impacts rĂ©els avec une grille de critères.
  • DĂ©velopper la coopĂ©ration entre les acteurs privĂ©s, publics, et les ONG et les autres parties prenantes. C’est ce qu’on appelle le financement mixte ou « blended finance», pour financer un problème de bien public. Toutes les parties se mettent autour de la table. Par exemple le « tropical landscape facility » accordĂ© par BNP Paribas, pour financer une plantation de caoutchouc durable destinĂ© aux pneus Michelin, avec WWF et le gouvernement indonĂ©sien.
  • Prendre le problème par tous les angles. BNP Paribas a lancĂ© ClimateSeed, une plateforme de compensation carbone, proposant une mĂ©thodologie pour aider les compagnies aĂ©riennes Ă  rĂ©duire de 5% leur utilisation de kĂ©rosène. Le projet est sans but lucratif et avec l’appui du laurĂ©at du Prix Nobel de la Paix, le Professeur Muhammad Yunus.

Des objectifs d’impact ambitieux mais une réelle dynamique des acteurs économiques

Dans sa conclusion, le Prof. Hans. Wahl a rappelĂ© que nous assistons Ă  un changement profond de la pensĂ©e Ă  court terme vers le long terme, tant dans la stratĂ©gie commerciale et les opĂ©rations que chez les investisseurs qui les financent. Cela a Ă©tĂ© menĂ© et est particulièrement visible dans le comportement des fonds de pension et des particuliers fortunĂ©s et des « family offices » et se dĂ©place progressivement vers les grandes banques et les sociĂ©tĂ©s d’investissement.

L’apprentissage est un Ă©lĂ©ment clĂ© de la transition d’impact dont nous avons discutĂ© ici aujourd’hui. Cela est vrai pour les innovateurs et les entrepreneurs qui ont besoin d’un grand soutien pour rendre les solutions qu’ils gĂ©nèrent investissables et leurs start-ups investissables. Cependant, cela est Ă©galement vrai pour les investisseurs et les grandes entreprises qui ont un besoin urgent de crĂ©er de nouvelles approches en matière d’Ă©valuation et de risque qui dĂ©passent la perspective Ă©troite de maximiser le rendement financier.

Enfin, bien que nous accordions une grande attention aux grands marchĂ©s d’AmĂ©rique du Nord, d’Europe et de Chine, nous ne devons pas nĂ©gliger certains des changements profonds qui se produisent dans certains des marchĂ©s Ă©mergents Ă  croissance rapide d’Asie, d’Afrique et d’AmĂ©rique latine. Cela inclut

  • L’obligation dans plusieurs grands pays d’Asie d’allouer un pourcentage des revenus des entreprises Ă  l’impact social ;
  • L’interdiction des emballages en plastique dans de nombreux pays d’Afrique (et bientĂ´t, interdiction de tous les plastiques Ă  usage unique au Kenya) ;
  • La fourniture de soins de santĂ© et de logements sĂ»rs dans de nombreux pays d’AmĂ©rique latine et d’Afrique.

Le Prof. Hans H. Wahl a terminé en disant « Bien que ceux-ci aient pu être considérés comme ambitieux il y a une décennie ou deux, ce sont maintenant des efforts très significatifs qui sont réalisés afin que les entreprises soient vraiment une force pour le bien ».